1 à 5 minutes
Share

Grégory Santaner

Dans un monde idéal, le simple respect de la législation devrait conduire les propriétaires de chats et de chiens à systématiquement identifier leur animal. Cependant, dans les faits, environ 75% des chiens sont identifiés et moins de 50% des chats. Cela signifie que des millions de chats et chiens sont actuellement non identifiés en France.

Identifier les moments adéquats

Quand peut-on proposer l’identification d’un animal de compagnie ? La première visite est bien entendu une occasion idéale. En effet, dès l’arrivée et l’édition du dossier de l’animal, se renseigner sur l’identification de l’animal est un passage obligé. En l’absence d’identification, les occasions d’expliquer les avantages de la procédure sont réunies.

Un autre moment adapté pour parler d’identification est l’acquisition (vente, adoption ou don) d’un animal. En effet, l’animal doit impérativement être identifié, qu’il soit vendu ou donné, par un professionnel ou un particulier, à titre onéreux ou même à titre gratuit. Il est alors important de rappeler que le vendeur ou le cédant est tenu de fournir à l’acquéreur la carte et le numéro d’identification de l’animal.

L’attestation de cession et la carte d’identification sont des documents essentiels qui officialisent le lien à l’animal. Ils sont précieux pour toutes les démarches administratives.

Les arguments qui font mouche

Il pourrait être tentant de s’appuyer sur les arguments réglementaires car ce sont les plus évidents mais, le plus souvent, les propriétaires d’animaux en France sont sensibles à d’autres arguments. Il est possible de rappeler l’obligation d’identification mais plutôt après avoir présenté les autres arguments.

Le plus souvent, les arguments qui rassurent le propriétaire sont mieux écoutés et compris. L’identification est le seul moyen d’être officiellement propriétaire de son animal en lui donnant une identité et ainsi d’éviter qu’il puisse, par exemple, être volé par quelqu’un d’autre qui en revendiquerait ensuite la propriété.

L’identification est également le moyen le plus sûr de retrouver son animal en cas de perte. En effet, l’ensemble des professionnels ont accès au fichier national d’identification. Ainsi, si un animal est déposé en fourrière ou présenté chez un vétérinaire, il sera aisé de contacter son propriétaire officiel. Il convient de rappeler que la mise à jour du fichier est indispensable en cas de changement d’adresse ou de modifications des coordonnées téléphoniques.

Enfin, un dernier point pourrait intéresser certains propriétaires : il est désormais possible d’identifier avec des puces électroniques capables de collecter la température (Thermochip). Cela représente un atout supplémentaire dans le suivi de santé des chiens et des chats.

GP-R-FR-NON-200200025